# Him Média, # Musique

RAFIQ BHATIA de Son Lux annonce son nouvel album.

# MUSIQUE Le compositeur et guitariste new-yorkais Rafiq Bhatia cherche à faire voler en éclats les préjugés sur ce que l’on peut dire sans même prononcer un mot : Breaking English, l’audacieux premier album instrumental de Bhatia sur ANTI- Records, compte bien remettre en cause le vocabulaire musical existant avec un langage qui lui serait propre. Écoutez le premier extrait de cet album, “Hoods Up”, → en cliquant ici, et précommandez Breaking English → en cliquant ici avant sa parution le 6 avril prochain.

“‘Hoods Up’ est le premier titre sur lequel j’ai commencé à travailler pour Breaking English, et l’un des derniers que j’ai terminé”, explique Bhatia. “Ça m’a pris des années, j’ai jeté de nombreuses versions à la corbeille en cours de route, mais le résultat est là : je repousse mes propres limites. Ça demandait d’explorer de nouveaux territoires inconnus, mais aussi de m’accepter tel que je suis. Je pense que la musique recèle en elle un peu de cette difficulté de création.”

“J’ai commencé à composer ‘Hoods Up’ à la lumière du meurtre de sang-froid de Trayvon Martin, et de la campagne de calomnie qui s’en est suivie : la déshumanisation systématique d’un jeune garçon noir qui rentrait simplement chez lui avec une capuche sur la tête. Tandis que je travaillais sur le morceau, de plus en plus d’évènements venaient étayer sa signification : les relents racistes de notre passés ne cessaient de revenir, nous rappelant quelle horrible influence ils continuent à avoir sur notre présent.”

Bhatia est un Américain né de parents immigrés musulmans, dont les racines remontent jusqu’à l’Inde en passant par l’est de l’Afrique. Ses premières influences, Jimi Hendrix, John Coltrane, et Madlib associées à ses collaborateurs et mentors Vijay Iyer et Billy Hart le poussent à voir la musique comme un moyen de modeler et représenter sa propre identité, sans se limiter à ce que peuvent en penser d’autres personnes.

Bhatia amène aussi cette hybridité sur scène : il jouera les morceaux de Breaking English avec Ian Chang de Son Lux à la batterie et Jackson Hill à la basse.

RAFIQ BHATIA
DE SON LUX ANNONCE UN NOUVEL ALBUM SOLO, BREAKING ENGLISH,   ET  SIGNE SUR ANTI- RECORDSÉCOUTEZ LE PREMIER EXTRAIT HOODS UP

TOURNÉE EUROPÉENNE EN AVRIL
2 DATES EN FRANCE

unnamed.png

 

○○○

“Dark, powerful, inventive…” – Stereogum

« Transcending real sound in real time with the unexpected…There aren’t many usual moments in his music. » – Ben Ratliff, The New York Times

« Approximates life in the information age…profuse, immersive and immense. » – The Washington Post

○○○

Le compositeur et guitariste new-yorkais Rafiq Bhatia cherche à faire voler en éclats les préjugés sur ce que l’on peut dire sans même prononcer un mot : Breaking English, l’audacieux premier album instrumental de Bhatia sur ANTI- Records, compte bien remettre en cause le vocabulaire musical existant avec un langage qui lui serait propre. Écoutez le premier extrait de cet album, “Hoods Up”, → en cliquant ici, et précommandez Breaking English → en cliquant ici avant sa parution le 6 avril prochain.

“‘Hoods Up’ est le premier titre sur lequel j’ai commencé à travailler pour Breaking English, et l’un des derniers que j’ai terminé”, explique Bhatia. “Ça m’a pris des années, j’ai jeté de nombreuses versions à la corbeille en cours de route, mais le résultat est là : je repousse mes propres limites. Ça demandait d’explorer de nouveaux territoires inconnus, mais aussi de m’accepter tel que je suis. Je pense que la musique recèle en elle un peu de cette difficulté de création.”

“J’ai commencé à composer ‘Hoods Up’ à la lumière du meurtre de sang-froid de Trayvon Martin, et de la campagne de calomnie qui s’en est suivie : la déshumanisation systématique d’un jeune garçon noir qui rentrait simplement chez lui avec une capuche sur la tête. Tandis que je travaillais sur le morceau, de plus en plus d’évènements venaient étayer sa signification : les relents racistes de notre passés ne cessaient de revenir, nous rappelant quelle horrible influence ils continuent à avoir sur notre présent.”

Bhatia est un Américain né de parents immigrés musulmans, dont les racines remontent jusqu’à l’Inde en passant par l’est de l’Afrique. Ses premières influences, Jimi Hendrix, John Coltrane, et Madlib associées à ses collaborateurs et mentors Vijay Iyer et Billy Hart le poussent à voir la musique comme un moyen de modeler et représenter sa propre identité, sans se limiter à ce que peuvent en penser d’autres personnes.

Bhatia amène aussi cette hybridité sur scène : il jouera les morceaux de Breaking English avec Ian Chang de Son Lux à la batterie et Jackson Hill à la basse.

Découvrez les dates de sa tournée européenne ci-dessous :

April 19, 2018 – Warsaw, PL – Poglos
April 20, 2018 – Berlin, DE – Acud Macht Neu
April 21, 2018 – Hamburg, DE – Hafenklang
April 22, 2018 – Copenhagen, DK – Ideal Bar
April 26, 2018 – Antwerp, BE – deSingel / Bouge B Festival
April 27, 2018 – London, UK – Shacklewell Arms
April 28, 2018 – Paris, FR – Point Éphémère
April 29, 2018 – Metz, FR – 7(7) Café

May 3, 2018 – Nyon, CH – LA Parenthèse
May 4, 2018 – Luzern, CH – Sedel

[

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s