# Cinéma, # SelectionSorties

Plaire, Aimer, et Courir vite …

Capturer

#CINEMA Un début de film avec une présentation générique assez hachée, qui vous surprend dès le début.

Christophe Honoré revient sur son propre parcours qui dans cette production commence en 1993. Des images qui quelquefois, sont il faut l’avouer Chocs.

Un parcours qui nous plonge dans les années ou le Sida ne bénéficiait pas encore des avancées thérapeutiques telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Le jeune acteur, Vincent Lacoste (Arthur) est incroyable de justesse, de drôlerie, attachant, hétéro la journée et gay la nuit. Il illumine cette histoire, et évite de tomber dans le patho.

La relation qui se tisse entre l’écrivain Jacques, (Pierre Deladonchamps)  et Arthur, est assez drôle, surprenante, mais l’alchimie sur grand écran fonctionne. Quelques moments sont savoureux dans les dialogues, Jacques est juste cynique à souhait.

Denis Podalydès campe un ami voisin avec une justesse incroyable, qu’il en est terriblement attachant.

Même si le film souffre de certaines longueurs, on découvre un univers quand même assez noir, triste, glauque, ou la réalité est montrée de pleine face. Ce qui m’a le plus interpellé c’est cette forme de renonciation d’être aimé tout en se sachant malade.

<< Pourquoi te laisser m’aimer puisque tu vas souffrir >>

Fred

Le film est présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2018.

pl

Genre : Drame Durée : 2h12 Sortie : 10 Mai 2018

Nous avons  aimé : ♥ ♥ ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s