# Calendrier, # Clip, # Concert, # Musique, # Vs Com

MAUD LÜBECK : découvrez son nouveau clip !

CLIP1Pour exprimer les amours recommencées, la boucle des sentiments, Barbara songeait, fataliste et un rien amusée : «On refait le chemin, en ne se souvenant de rien». De rien.

Maud Lübeck écoute ses aîné.e.s, elle les respecte toujours, s’en inspire parfois. Elle ne demande qu’à les croire cependant, pour elle, côté cœur c’est différent : elle refait le chemin, intimement marquée par tout. Par tout. Moins fataliste, moins rieuse. Et tant mieux si elle se consume : les grands tourments forment les grandes chansons.

La preuve. Souvenez-vous de son album autofictionnel d’octobre 2016, Toi non plus – son deuxième album. Chemin faisant et comme en temps réel, elle y racontait la douleur primitive de la rupture.

«À la fin», on la laissait seule à son chagrin. Diagnostic : un beau vertige. On ne doutait pas de sa capacité à se remettre sur ses jambes, elles l’ont instinctivement portée jusqu’à son piano, l’omniprésence de sa vie. C’est ainsi qu’à l’été 2017, Maud Lübeck donne à Toi non plus sa suite : le deuxième volet du diptyque de l’intime s’intitule Divine.

Divine, le charme même. Divine, la chronique de l’amour renouvelé, un concept-album scénarisé par Maud Lübeck (ici auteur, compositeur, interprète et arrangeur). Il s’ouvre sur une rencontre délicieusement paralysante («Divine») ; il s’achèvera par l’abandon de la très souchonienne «Cœur» et la prière faite aux cieux que ce «Dernier amour» ne se meure pas, comme les autres avant lui.

Dans l’intervalle, tant d’atermoiements : la révélation («Amoureuse»), la mémoire du vertige («À deux»), la déclaration («L’autre part»). La «Cardiophonie» d’une angoisse – peut-être – marque une respiration instrumentale avant un retour vers le passé : «Ne me dis pas» et «L’absente».

Pour cette audacieuse mise à nue, Maud Lübeck, née en chanson en 2012, immédiatement repérée par Dominique A, est escortée par les choeurs de Maissiat. Le piano et une rythmique légère accompagnent les confidences que nous délivre la voix devant, lovée dans nos oreilles. Tout nous suggère que Françoise Hardy compte, de près, de loin, parmi ses influences. Comme elle, comme d’autres avant elle, Maud Lübeck dit tout et toujours avec pudeur. Son art : sublimer les émotions.

Capture2

« Ne me dis pas » 1er extrait du nouvel album de
Maud Lübeck (sortie le 18 janvier 2019). → Titre disponible ici xz931.png

Capture2

SUIVEZ Maud

FLSITE OFFICIEL FLFACEBOOKFLINSTAGRAMFLTWITTER

Capture.PNG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s