# Clip, # Musique, # Vs Com

Nära – deep pop orientale : 1er clip Home

clipHome is Everywhere, un EP métissé, insolite, où la pop d’ALT-J et l’electronica de DARKSIDE s’imprègnent du MALOUF et de la HADRA tunisienne. Un mélange fascinant et envoûtant, au rythme précis, tellurique. Le chant est rond, chaud et l’élégance des mélodies hypnotiques s’enracine dans le corps.

Nära est une rencontre fortuite, heureuse. Une rencontre qui ne s’oublie pas. Sur les petites scènes grinçantes des bars de la Croix-Rousse à Lyon, ces quatre artistes se croisent pour la première fois en 2014. Les nuits lyonnaises sont parfois pleines de surprises. Au fil des jams et des concerts, le quatuor apprend à se connaître, à se comprendre. Puis un jour vient l’heure du déclic, les questions ne se posent plus. Tout est là au bout des doigts, sur les claviers, les manches de guitare, les percussions ; mais au bord des lèvres aussi, car Nära a des choses à dire.

Leur premier EP au titre évocateur, Home is Everywhere, est le chant de cette jeunesse curieuse, patchwork composé de fragments du monde. Les membres de Nära ont cette force plurielle : leur histoire mêle Chine, France, Tunisie et diaspora séfarade. Ils nous invitent à saisir cette harmonie multiculturelle, envoûtante et sincère. Le premier titre « Home » donne aux racines tout leur sens. Elles nous font, nous façonnent mais s’estompent aussi au gré des rencontres. Pourtant ces variations, riches et belles, ne sont pas acquises. Il faut se battre pour en défendre les valeurs : « I’m a fighter », peut-on entendre sur l’énergique titre « Fight ». Cinématographique, le morceau suivant « Struggle » est une véritable scène de lutte. En crescendo, son final libérateur nous entraîne alors vers le dernier acte de cet EP.

Capture

Les compositions « Hope » et « Heal », optimistes et apaisées, résonnent comme une note d’espoir, et rappellent la terre, la beauté de tous ses pigments.

« Home » is the first single from the EP « Home Is Everywhere »

En voyage entre Tunis, l’île de Kerkenah et les falaises de Bizerte, Nära a cherché son inspiration. C’est ici, sur la scène underground tunisienne, que le chanteur Mehdi, alors adolescent, a découvert la musique. Bien avant la révolution de 2011, la jeunesse chantait déjà sa détermination sur du rap, du reggae, du pop-rock ou du métal. Dans cette ambiance culturelle aujourd’hui débridée, le temps d’un été, les quatre artistes ont composé leur premier opus.

Capture

Inclassables ou presque, leurs vibrations nomades nous transcendent, pour que résonne une géographie du sensible.

Capture.PNG

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s