# Eurovision, # Evénement, # Gilles, # Musique, # Télévision

UNE FINALE EN FEU D’ARTIFICE QUI S’ANNONCE SAMEDI SOIR !

television

Capture
3ème Billet – 3/4

La messe est dite, les Jeux sont faits. Les 2 DF du 64ème Concours de l’Eurovision ont délivré mardi et jeudi soir leur verdict pour venir compléter le pays hôte et ceux du Big Five afin de composer le casting le plus brillant qui soit lors de la finale de samedi soir. On pourra regretter une répartition par le hasard extrêmement déséquilibrée entre les 2 demis, la seconde ayant été infiniment plus puissante que la première. Puisque les organisateurs décident, hormis l’appartenance à l’une des 2 parties, de l’ordre de passage des pays en présence samedi, pourquoi ne pas imaginer à l’avenir une répartition arbitraire dans les demis afin d’éviter ce décalage qualitatif ?

Car si une qualification semblait beaucoup plus facile à obtenir il y a 3 jours ( de plus avec un pays de moins ), pour jeudi c’était une toute autre histoire avec moultes contributions prétendant légitimement au « Césame ouvre-toi « suprême.

D’abord, quelques mots sur le décor proposé par Israël pour servir d’écrin aux candidats représentants leur pays respectif. L’idée du diamant bleu avec désormais les catwalks annuels obligés donne une allure de majesté à l’ensemble. Beaucoup plus classe que ce que le Portugal nous avait proposé en 2018.

Les animateurs ne font pas d’étincelles, ils seraient même plutôt au régime transparent. C’est à peine si on arrive à remarquer qu’ils sont là. Sans doute trop fades, avec des personnalités insuffisamment marquantes.  Au moins hier nous auront-ils servis pour nous confirmer la présence de la grande Madone durant la Finale juste avant l’énoncé des votes. Car oui, jusqu’au bout du bout, les négociations furent âpres et tendues et on imagine sans difficulté la désillusion des organisateurs si jamais la MégaDivaStar planétaire avait renoncé à venir chanter sur la scène de Tel Aviv.

Madonna, Swae Lee – Crave (Audio)

Pre-order ‘Madame X’

Maintenant, évoquons brièvement les sorties de route plus ou moins attendues des forces en présence durant ces deux soirées écoulées.

Mardi, élimination dans l’ordre de leur apparition du Montenegro, de la Finlande, de la Pologne, de la Hongrie, de la Belgique, de la Géorgie, du Portugal. Y’a-t-il parmi ces contributions une injustice flagrante ? Pas vraiment. Peut-être plus discutable pour le hongrois et le belge. Même si du lait sortait encore du nez de ce dernier qui semblait tétanisé par l’enjeu.

Parmi les qualifiés, la sensation de la soirée fût la performance australienne et de performance, il y avait là. Une incroyable scénographie où cette diva aguerrie au décorum opératique du monde entier était disposée dans un espace étoilée sans qu’au départ de sa prestation on puisse en comprendre la magie subtile. Suspendue dans le vide au-dessus de notre planète bleue accompagnée pour cela par deux camarades féminines issues sans nul doute de la voie lactée.

Et sans que cela ne tremble un instant dans son gosier.

En fait, pas aussi magique que cela puisque ces 3 dames effectuent leur présentation debout au dessus d’une perche flexible et tournoyante jusqu’à vous en donner le vertige. Très impressionnant, surtout pour la chanteuse qui accomplit l’exploit vocal d’accomplir ses notes de soprane professionnelle sur un socle qui n’est ni stable ni droit. Tout en équilibre. Et sans que cela ne tremble un instant dans son gosier. Un des visuels les plus forts de TOUTE l’histoire du Concours, on peut l’affirmer sans problème. Après, chacun peut discuter de la qualité intrinsèque de la chanson. En tous cas, une réaction hystérique de l’auditoire conquis et une envolée depuis auprès des bookmakers au point de se placer en seconde position !

Autre très beau moment de cette soirée, la Grèce portée par la voix envoutante de Katerine Duska aussi à l’aise dans ses graves que ses aigües percutants. Une très jolie scénographie tout en tons pastels et escrimeuses même pas combattantes. C’est poétique, c’est contemporain, c’est un vrai tableau très joli à contempler.

Katerine Duska – Better Love (Official Music Video) – Eurovision 2019 Greece

Puis comment ne pas évoquer l’Islande dans son imagerie SM plutôt inédite à l’Eurovision où définitivement toutes les excentricités semblent être autorisées. A moins que cela n’ait été historiquement toujours le cas. Bon, ce n’est pas un spectacle familial, un logo de restriction générationnel pourrait presque y être appliqué mais cela créé du show et nul ne saurait s’en plaindre. Totalement en décalage avec le côté sucré du Concours de l’Eurovision non sans rappeler nos monstres finlandais, tout aussi « dérangeants » pour les âmes susceptibles ou sensibles qui peuvent encore exister.

Une déception confirmée dans ce récapitulatif des qualifiés, Chypre avec Tamta dont le live n’est pas à la hauteur du son studio. Essoufflements, notes parfois approximatives ou que l’on sent mal assurées, on se dit parfois que le play-back est un mal exigé. Mais c’est passé, « tam » mieux pour elle ! En revanche, qualification méritée pour la République Tchèque dans une mise en scène dynamique, bien imaginée, vive et créative. Un moment de détente télévisuelle même si on n’est pas dingue du morceau pop proposé.

une casserole certifiée d’origine qui écrase ses notes en les susurrant

Enfin, une qualification catastrophe et honteuse, celle de San Marino avec son «  chanteur » ( si on peut dire ) Serhat, une casserole certifiée d’origine qui écrase ses notes en les susurrant et en étant si souvent « out of tune » jusqu’à l’excès au point de rendre malade nos ouïes préférant encore les cris bruyants de la ville. Insupportable à écouter. Mais comment cela a-t-il pu passer le cut ? C’est incompréhensible. Pause toilette pour tout le monde durant la finale.

San Marino – LIVE – Serhat – Say Na Na Na
– First Semi-Final – Eurovision 2019

A l’issue de ces performances, un extrait de celle de Bilal Hassani en présence du chanteur fût présenté. 1 minute environ le temps de concéder aisément que le jeune youtuber avait fait de vrais progrès vocaux depuis sa sélection en janvier dernier et que la délégation, sous la nouvelle influence de Steven Clérima son nouveau chef désigné, avait pris en considération les critiques récurrentes sur les faibles stagings de la France.

2ème DF jeudi soir et là, on savait que les petits plats avaient été mis dans les grands au regard de la concurrence s’y exerçant.

une performance dénuée de tout danseur laissant seule son interprète au milieu de la piste

Concernant les éliminés du jour, si l’Irlande, la Moldavie, la Lettonie, la Roumanie, l’Autriche, la Croatie ( avec ses ailes d’anges dorées ultra kitsch et ringardisant si besoin était l’image publique de notre Concours ), la Lituanie étaient des « sorties » de l’Eurovision 2019 attendues ( et parfois espérées ). On pouvait être cependant déçu de la disparition de celle qui aura ouvert le bal de la soirée, l’arménienne Srbuk. Autant son clip « Walking out « était une réussite visuelle incontestable ( et même l’un des plus beaux de toute la compétition ), autant la scénographie pour le Concours était elle aux abonnées absentes. Pourquoi diable avoir imaginé une performance dénuée de tout danseur laissant seule son interprète au milieu de la piste quand le morceau laissait entendre qu’une mise en scène riche ou foisonnante était on ne peut plus possible ? Quel gâchis car la qualité vocale de l’interprète méritait mieux que cela.

Pour la qualification, il y avait du lourd dans cette 2ème DF. Et par ordre d’entrée sur la scène, le très attendu Luca Hänni autour duquel il y avait une vive attente et tant d’espérance portée par la délégation suisse à son sujet. La Suisse, si souvent éliminée par le passé, allait-elle encore subir les affres du couperet sanglant ?

Luca Hänni – She Got Me – Switzerland – LIVE – Second Semi-Final – Eurovision 2019

Quand on a vu la performance ( j’insiste sur ce mot ) du jeune Luca, on se dit que l’élimination de notre voisin à la croix blanche aurait eu raison du sort de ce petit pays dans le futur de l’Eurovision. Le scandale eût été tellement retentissant.

Que nenni. Encore heureux au regard de la prestation de ce jeune chanteur plein de talent(s) et de qualités scéniques, si charismatique et si charmant, qui semble vouloir dévorer du regard la caméra et chaque personne devant son poste de télévision. Un vrai artiste séducteur, au professionnalisme avéré mis à profit sur un morceau latino pop d’une imparable efficacité. Il est, selon moi, la révélation de ce Concours car un chanteur danseur avec une énergie similaire et une générosité folle, ça ne court pas les rues ni les travées de la production musicale. Surtout si on la cantonne à l’espace français.

Et dire qu’il a failli être maçon !

Précisons là que nous n’avons point affaire à un lapin de six semaines, il est connu et reconnu dans les pays germanophones depuis sa victoire à la Nouvelle Star allemande année 2012. Puis une autre victoire obtenue dans un concours de danse de l’autre côté du Rhin d’un niveau certain « Dance,  dance, dance ». Et ses albums ont rencontré un réel succès. Un garçon indubitablement doué. Et dire qu’il a failli être maçon ! La truelle et le burin peuvent être définitivement rangés au placard, il n’en a plus besoin. Hormis pour des travaux personnels.

Bravo enfin à la directrice artistique Sacha Jean-Baptiste qui a osé casser le concept du clip de Luca Hänni pourtant plébiscité pour offrir à l’Europe de la chanson une scénographie spectaculaire et prenante, tout de rouge vêtue et au langage quasi cinématographique. Un vrai « visuel ».

Acclamations dans la salle même pendant la prestation et cris de bonheur à son terme. Ce qui s’appelle « faire le job ».

Autre qualifié très prévisible : la Suède. Et toujours la Suède. Mais quand on connait le Concours avec cette expertise qui est la sienne, on n’envoie pas à l’Eurovision des manchots venant de naître. Encore le cas cette année avec ce titre « Too late for love « qui pourrait sonner comme un gospel porté par un chanteur qui capte la caméra remarquablement et soutenu comme par surprise par 4 Mammas à la voix puissante. C’est fort et percutant. Et on se dit que ça pourrait bien regagner l’épreuve européenne 4 ans seulement après Mans Zelmerlow et son « Heroes » encore toute fraîche dans nos mémoires.

La jeune Michela de Malte a très objectivement l’une des chansons les plus modernes et efficaces de tout le Concours 2019. Et si on rajoute à cela un visuel très coloré, très travaillé, jamais ennuyeux et toujours étonnant, servi comme un feu follet de bonne humeur et de teintes chatoyantes, on imagine que son élimination aurait été d’une injustice inconcevable. Mais qui douter encore de sa qualification après cette présentation ?

Michela – Chameleon – Malta – LIVE – Second Semi-Final –
Eurovision 2019

Autre figure très attendue dans cette compétition, le très célèbre Sergey Lazarev, Star des pays de l’Est et de la Russie en particulier. Un peu comme pour la Suisse, une scénographie totalement différente de celle de son clip qui laissait entrevoir un univers onirique et inquiétant. Ici, nous avons doit à une succession de boxes vitrées où se démultiplient des Sergey jusqu’au point de se retrouver seul au centre de la scène. Vocalement, rien à dire, celui qui fût 3ème du Concours en 2016 est absolument dans la maîtrise de son art et prouve une fois encore que sa carrière n’est en rien usurpée.

La Norvège aussi ne pouvait que se qualifier avec ce trio tellement eurovisionnesque pour une chanson qui l’est tout autant, à ce point Eurofan-compatible que cela en deviendrait indécent. C’est incroyablement entraînant, ça donne envie de taper frénétiquement dans les paumes de ses deux mains et ça ne peut que recevoir un accueil très enthousiaste du carré or de fans si ravi qu’on lui serve ainsi tout ce qu’il aime entendre au Concours. Maintenant, pas sûr du tout que l’effet soit le même sur les jurys internationaux et le public lambda.

Que dire de plus sur les Pays-Bas cette année qui n’ait pas encore été dit ? Duncan Laurence avec sa chanson « Arcade » est le Méga grandissime favori de la compétition, jugé même quasiment imbattable par l’ensemble des bookmakers.  Une mise en scène volontairement ultra minimaliste, comme dans un rêve éveillé où on ne distinguerait presque pas de lumière dans un halo de bleu, si ce n’est une boule éclairante qui irradie avant la fin du morceau le chanteur à la voix d’ange. Certains diront sûrement que cette contribution musicale est trop « bonne « pour l’Eurovision quand quelques-uns la jugeront ennuyeuse, pourquoi pas. En tous cas, un immense moment d’émotion et le sentiment légitime que les bookmakers ont très sûrement raison d’y croire.

Duncan Laurence – Arcade – Official Music Video – The Netherlands 🇳🇱 – Eurovision 2019

Les 2 articulations robotiques qui agrémentent la prestation de Chingiz, représentant de l’Azerbaïdjan, ne seraient pas là qu’on en aimerait tout autant ce titre si efficace, si captivant qu’on s’en étonne soi-même. Sans doute que les voix aigües déposées sur ce refrain à la force redoutable y sont-elles pour quelque chose mais voilà bien une chanson qui vous accroche l’oreille immédiatement. Indispensable pour ce qui est du télévoting. L’interprète est bâti comme un bucheron canadien et sans que l’on sache pourquoi, il reçoit d’emblée notre sympathie. Il a ce que l’on pourrait appeler une « bonne tête » façon Spartacus issu d’un peplum romain. Le staging est vraiment une réussite et on imagine sans mal que toutes ses qualités réunies conduiront l’Azerbaïdjan haute dans le classement final de cet Eurovision.

la moitié de l’audimat européen s’effondrait d’un seul coup avec une violence inouïe !

Plus tard dans la soirée, l’ordre de passage a été révélé ( vers 01 hr 20 donc plus tôt que d’autres années ) et on le répète, il est depuis quelques années arbitraire, déterminé par les organisateurs du SHOW pour éviter par exemple qu’un tirage au sort ait pu placer San Marino en ouverture. Quelle horreur, la moitié de l’audimat européen s’effondrait d’un seul coup avec une violence inouïe ! Évidemment, ce choix fût procédé après la conférence de presse où chaque qualifié tire du chapeau dans quelle partie de la finale il chantera. Et tous espèrent la seconde, statistiquement plus favorable.

On dit aussi souvent aussi que cet ordre se décide en fonction des résultats obtenus lors des DF, résultats tenus secrets jusqu’au dimanche pour préserver le suspense bien sûr !

Malte sera une magnifique mise en bouche, sucrée et à déguster sans modération aucune. La Russie en 5 interroge sur sa réussite réelle en DF2. La Suède chantera en 9 et les Pays-Bas en 12, presque le maximum possible pour la 1st half. Rien de très surprenant. Plus un pays est favori, plus on le programme tardivement, en théorie. Et ce sera un vrai feu d’artifice à compter de la position 20 avec l’Azerbaïdjan qui encadrera en compagnie de l’italien Mahmood notre Bilal Hassani. De quoi qu’il se sente au chaud car les 2 pays ne passeront pas du tout inaperçus lors de la finale de samedi soir.

Mahmood – Soldi – Italy – LIVE – Second Semi-Final –
Eurovision 2019

Et comme la cerise sur une pièce montée signée des plus grands pâtissiers de France, la Suisse en 24 avec notre si dynamique et explosif Luca Hänni suivi immédiatement par la Diva suspendue dans les airs du Ciel sans l’ombre d’un nuage à l’horizon.

Si l’on rajoute à tout ça Madonna, Conchita Wurst, Mans Zelmerlow et quelques autres, la soirée s’annonce grandiose pour tous les Eurofans du Monde mais pas que.

L’audimat obtenu l’en attestera.

Gilles Hébert.

→ Eurovision Song Contest 

Grand Concours de l’Eurovision 2019, en Israël le Samedi 18 Mai !

FRANCE 2 – 21H

Capture.PNG

 © Texte :  SELECTION SORTIES  GH  2017 –  2019 

 

3 / 4 …. → A SUIVRE

→ 2ème Billet Eurovision – Tops & Flops

2 réflexions au sujet de “UNE FINALE EN FEU D’ARTIFICE QUI S’ANNONCE SAMEDI SOIR !”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s