# Eurovision, # Evénement, # Gilles, # Musique, # Télévision

EUROVISION 2019 FINALE

 4ème Billet 4/4

EUROVISION 2019 : UNE FINALE DE HAUT VOL POUR UN VAINQUEUR ATTENDU

televisionComme le disait Jean-Louis Aubert : Voilà, c’est fini. L’Eurovision ne dure pas le temps d’une soirée pour tous les Eurofans du monde mais toute une saison qui démarre en début d’année avec les premières sélections. DESTINATION EUROVISION sur FR2 a été pour la France à l’origine de cela. Donc quand vous vivez 5 mois aussi intensément, la dépression post-Eurovision, la DPE, vous guette très sérieusement !

Surtout quand la soirée terminale fût à ce point intense à vivre, avec tellement d’incertitudes tout au long de la litanie des votes et au bout du compte, la finale la plus longue de TOUTE l’histoire du Concours. 4 heures 15. Dément.

D’emblée, précisons un fait qui pourrait être l’objet d’un questionnement : le gagnant n’a ni gagné le vote des jurys internationaux ( 2ème ) ni gagné le télévote ( 3ème ). Mais au cumul ça donne le vainqueur. Configuration déjà produite en 2016 avec l’ukrainienne Jamala. Tout cela se passe quand il y a une grande divergence entre les juges et les TVspectateurs lambdas.

Quant au déséquilibre des 2 DF, cela s’est vérifié en finale car du TOP 10, 7 viennent de la 2ème demi.  Seuls 2 pays proviennent de la 1ère.

Les très bonnes audiences persistantes depuis le transfert du programme sur FR2 devrait conduire la chaîne à poursuivre en 2020 sa politique promotionnelle de l’Eurovision comme une de ses marques les plus fortes. L’inconnu reste à ce jour la reconduction ou non de la sélection nationale, sans doute sur une forme raccourcie ( 3 soirées, c’est trop pour les français quand les suédois adorent leurs 6 lol ), ou un retour au choix interne.

Près de 75% de PDM !!!!! 4,4 M de TVspectateurs devant leur poste

Audimat record aux Pays-Bas pour assister à la victoire de leur champion. Près de 75% de PDM !!!!! 4,4 M de TVspectateurs devant leur poste ( rapporté à la population française, 17,4 M ). Plusieurs villes hollandaises se sont d’ores et déjà portées candidates pour l’organisation en 2020. Donc «  Amsterdam », ce n’est pas sûr du tout.

Tout ce qui n’était pas intrinsèquement « la compétition » durant le show a donné l’impression – pas forcément désagréable – que tout était étiré en longueur. L’introduction du programme était encore raisonnable à cet égard mais l’entracte entre les chansons et les votes est apparu pour beaucoup plutôt interminable. Comme si Tel Aviv voulait encore et encore profiter de cet événement exceptionnel ayant lieu sur ses terres.

D’ailleurs, la plupart des candidats ont, à mon avis, éviter les quelques couacs observés durant leur épreuve sélective

Netta Barzilaï est arrivée en pilote d’avion ( un vrai avion ) comme pour nous donner l’illusion d’un atterrissage sur la scène européenne. Plutôt bien fait. Pour ensuite laisser place à tous les candidats présentés par hôtesse ou steward de manière originale et plaisante. Le ton était donné.

Netta – « Bassa Sababa » (Official Music Video)

Il était ensuite l’heure pour que les 4 présentateurs du Concours 2019 puissent venir ouvrir la prestigieuse soirée. Et vers 21 hrs 15, le show était enfin lancé.

C’est Malte avec sa scénographie pleine de surprises visuelles et de couleurs qui ouvrit le bal des prétendants avec une Michela qui chanta mieux qu’elle ne l’avait fait lors de sa DF. D’ailleurs, la plupart des candidats ont, à mon avis, éviter les quelques couacs observés durant leur épreuve sélective. Mais comme à l’impossible nul n’est tenu, Serhat de San Marino lui ne fit guère plus d’étincelles que quelques jours plus tôt.

Avant lui, la Star russe Sergey Lazarev avait une fois de plus, une fois encore donné son maximum artistique avec une intensité fiévreuse qui le caractérise au milieu de ses miroirs et de ses boxes à ouverture variable. Comme une sorte d’écrin égotique servi telle une mise en valeur. Si professionnel Sergey. On se demande pourquoi il en agace autant. Sûrement car on ne le sent pas d’une modestie première. Mais bon, soyez une Star vous-même et on en reparle ensuite !

Sa mise en scène avait plutôt déçu lors des répétitions car on s’attendait sûrement à la représentation d’un univers plus onirique semblable au clip d’origine du morceau « Scream ». Mais au final, à l’écran, c’était tout de même du très beau et bon travail. Du travail à la russe ! Tout en propreté efficace.  Quant à la voix de l’interprète, il apprendrait à projeter du son à plus d’un.

Russia – LIVE – Sergey Lazarev – Scream – Grand Final – Eurovision 2019

Après lui, Jean-Paul Gaultier est apparu à l’écran pour nous redire à quel point il était fan du Concours de l’Eurovision qu’il commenta dans son année 2008. On se souvient encore de la candidate suédoise Charlotte Perrelli détruite en une seule phrase, « elle est tirée à 4 épingles », ce qui n’était pas absolument faux. Mais de langue de vipère là, il ne fût point le cas.

Un peu plus tard vint sur scène la candidate Nord Macédonienne Tamara Todevska qui elle savait ce que chanter veut dire. Une voix très forte, que l’on sentait aguerrie depuis si longtemps aux vertus du professionnalisme qui en impose sans que cela ne nous empêche d’estimer sa prestation ( et chanson ) « old school ». Mais au moins il était absolument impossible de lui faire le moindre des reproches. Un des moments musicaux de la soirée, incontestablement.

Lui succéda l’un des favoris objectifs de cette édition, le suédois John Lundvik, un solide chanteur, charismatique et lumineux, très à son affaire sur cet air dont il était par ailleurs le compositeur. Ses Mammas gospels ayant apporté sur la scène une touche de puissance supplémentaire à une chanson qui n’en manquait point pourtant.

Le jeune duo slovène romantico-dépressif fût introductif à la prestation dynamique de Tamta, représentante de Chypre. Et franchement, son live fût bien meilleur que celui de sa DF. A croire qu’il y avait eu là quelques soucis d’oreillettes. A moins qu’elle ne sur-contrôla son chant pour cette soirée ultime. En tous cas, sensualité en diable ou plus exactement sexy attitude était au programme.  Elle en aura séduit plus d’un. Et l’efficacité indiscutable de sa chanson ne fût ici pas entachée de notes bleues vives qui nous font mal aux oreilles.

Le moment le plus attendu de toute la soirée était obligatoirement pour tous ceux connaissant la réalité du «  favori «, de celui que beaucoup plaçaient devant tous les autres dès l’écoute de tous les titres proposés pour cet Eurovision, son successeur scénique : le néerlandais Duncan Laurence. Tout en grâce musicale et fragilité sensible.

WINNER’S PERFORMANCE: Duncan Laurence – Arcade – The Netherlands –

Plongé quasiment dans l’obscurité au début de son interprétation pour nous chanter son morceau «  Arcade », donc avec une prise de risque maximale télévisuellement parlant, il le fît, avec sans doute encore plus d’émotion dans sa voix que 2 jours plus tôt. Un beau moment, tellement éloigné des pop songs au rythme saccadé entendu souvent à l’Eurovision. Un océan de douceur dans un environnement par ailleurs vociférant. On pouvait se dire que l’affaire était dans le sac au terme de ses 3 minutes, mais en fait pas tant que cela quand les résultats finaux furent déclarés au public. Comme ce fût dit en introduction de cet article. Plutôt surprenant car beaucoup de monde ayant eu vent de chacune des contributions l’imaginaient facile vainqueur du vote des jurys. Comme quoi, ne jamais vendre la peau de l’ours avant qu’il ne soit tué, quand bien même cette peau semble être de celle que l’on contemple d’admiration.

Le représentant d’Israël, Kobi Marimi, a fini sa chanson en larmes et même si on pouvait légitimement la contester de part son trop grand classicisme, une chose qui ne souffrait d’aucune critique était sa voix d’une implacable force. Il aurait pu juste se vêtir autrement car ce costume accentuait encore plus cette impression d’avoir un compétiteur des années ancestrales.

L’une des plus fortes réactions du public présent durant cette soirée fût obtenue par le trio norvégien Keiino dont un des membres avait été député avant de devenir chanteur pour l’Eurovision. Son chant tribal, issu de la communauté des Samis, y était sans doute pour quelque chose. En tous cas, une chanson très efficace, idéale pour tout Eurofan qui se respecte, aimant la fête, sauter à pieds joints sur son corps et frapper dans ses mains.

KEiiNO – Spirit In The Sky – Norway 🇳🇴 – National Final Performance

Les islandais en mode techno-SM furent irréprochables dans leur provocation inhérente à leur style pour le moins anti-Eurovisionnesque, l’estonien tenta de charmer une fois de plus l’œil scrutateur de la caméra, tout ceci avant de parvenir à la performance de Chingiz, l’azéri en 20ème position. Un des visuels les plus beaux de la soirée même si il était plutôt simple en fait mais absolument efficace. On aura pu seulement regretter que les 2 bras robotiques articulés aient été trop peu exploités dans cette mise en scène ayant servi une chanson au refrain implacable et entêtant. De ces chansons que l’on peut ré-écouter sans peine une fois le Concours terminé.

avec tout ce que les haters français lui déversent sur la tête

Et voici qu’apparut dans notre attente fébrile Bilal Hassani dans le staging le plus fort et le mieux réussi de toute l’histoire de la France au Concours de l’Eurovision. Accompagné de ses deux danseuses dont la spécificité respective les avait elles aussi amené à devoir lutter pour atteindre leur Graal, voir accomplir leur rêve de danser en dépit d’un surpoids ou d’une malentendance. Le face mapping introductif fût techniquement bien réalisé ce qui lançait la prestation du français âgé seulement de 19 ans sous les meilleurs auspices. On aura noté à la fin de sa chanson une réception très enthousiaste et chaude du public qui dénotait avec tout ce que les haters français lui déversent sur la tête depuis janvier dernier.

France – LIVE – Bilal Hassani – Roi – Grand Final 

L’Italie avec Mahmood, en tant que chanson préférée des Eurofans au travers des votes OGAE, ne pouvait qu’être irrésistiblement soutenue par l’auditoire. De la même façon que le geste du bras rendu à jamais célèbre par la paire Madame Monsieur en 2018, le clapping entêtant de Soldi fût repris consciencieusement par les spectateurs énamourés devant le sardo-égyptien. Qui montra à la face de l’Europe la parfaite maîtrise de sa chanson tubesque ( du moins en Italie ) et son charme méditerranéen incandescent. Une belle performance, sans tâche avec un joli accompagnement graphique par les écrans LED retrouvés sur scène après leur abandon l’an passé.

Le beau suisse « so cute » pour les midinettes du monde, Luca Hänni, se produisit ensuite ( pas une fois les commentateurs de FR2 n’ont été fichus de prononcer correctement son nom, Louka Hènni et non pas Lucas Annie !!!!! ) et il donna au public toute son énergie afin de promouvoir son titre « She got me » qui aura été beaucoup commenté sur les réseaux sociaux depuis sa révélation le 07 mars dernier. Combien de fois durant ces dernières années la Suisse n’avait pas surmonté le cut des DF ? On ne les compte plus. C’était aussi tout l’enjeu de ce pays pour cet Eurovision là.

Luca Hänni – She Got Me – Switzerland 🇨🇭- Official Music Video

Mais bon, il suffit aussi et peut-être, ou encore sûrement, d’envoyer un garçon qui envoie du bois par ses qualités de performer, par son enthousiasme et sa joie de vivre communicative que l’on perçoit de lui quand il est sur scène. Sans doute une encore meilleure prestation de Luca en finale qu’en demi et une belle ovation en sortie de piste par le public israélien.

La diva australienne autant perchée que ne l’était sa perche flexible vint ensuite éblouir l’auditoire par sa maîtrise étonnante de la gravité car chanter opératiquement comme suspendue dans l’espace, avouons que cela demande non seulement un sacré entrainement mais aussi une technique vocale parfaite. Énorme réaction des spectateurs de Tel Aviv, comme durant sa DF qu’elle avait remporté mardi dernier.

Concernant l’entracte extrêmement long évoqué précédemment, le moment le plus marquant pour tous les Eurofans était le retour d’anciens visages du Concours comme Conchita Wurst ( dans une tenue provocante qui n’a pas plu à tout le monde ), Mans Zelmerlow, la sculpturale Eleni Foureira ( très peu vêtue ) et le travesti ukrainien Verka Serduchka 2ème du Concours en 2007. Chacun reprenant la chanson du suivant ( Verka chantant Toy 2018 ).

Conchita WURST showcase @ Eurovision

Les plus nostalgiques des fans auront verser une jolie larme en ré-écoutant ensuite par Gali Atari le tube « Alléluia » vainqueur en 1979, l’interprète originale ayant été rejointe par les 4 invités cités précédemment. Un beau moment que celui-là.

Et Madonna, dont la venue à Tel Aviv avait fait l’objet de tant de spéculations, apparut dans la green room – qui était pour une fois hors du plateau Eurovisuel par manque d’espace – pour une ITW assez longue à laquelle elle sembla se livrer de bonne grâce. On aurait pu en douter vu les caprices habituels de la Star.

Mais avant qu’elle ne produise son Show , il y eut encore d’autres prestations à suivre comme celle du mentaliste Lior Suchard au talent incontestable ou bien encore celle de Netta en jaune poussin venant ici promouvoir son tout nouveau titre « Nana Banana «.

hélas pour nos oreilles qui ne méritaient pourtant pas tant de souffrances auditives

« Like a prayer « et « Future « étaient les titres choisis par l’icône mondiale et le premier cité fût lui interprété « en direct »,  hélas pour nos oreilles qui ne méritaient pourtant pas tant de souffrances auditives. En revanche, un super visuel que cette séquence entière car beaucoup de monde sur scène l’accompagnait ici. Mais Dieu comme elle a pu chanter faux son tube d’antan ! Précisons que ses tenues étaient signées de Jean-Paul Gaultier, cela allant tellement de soi.

Madonna, Quavo – Eurovision Song Contest 2019

Au terme de cette soirée très longue, la Suède est arrivée première des jurys internationaux devant la surprise du Chef, la Macédoine du Nord qui aura réalisé un score qu’absolument personne n’attendait. Les Pays-Bas ne finissant eux que 3èmes. L’annonce des votes du public avait changé puisque pour préserver le plus possible le suspense jusqu’au bout, ils étaient donnés dans l’ordre des points attribués par les fameux jurys. Et là, nouvelle surprise avec la 1ère place obtenue par le groupe norvégien Keiino. Incroyable qu’une chanson tellement estampillée Eurodance-Eurofans Clubs ait pu ainsi dépasser toutes les autres, les Pays-Bas en 2 et l’Italie en 3.

En conclusion, si les jurys seuls comme il fût un temps ou le télévote seul comme il en fût un autre avaient été respectivement retenus pour la désignation du vainqueur, dans les 2 cas, Duncan Laurence ne gagnait pas la couronne suprême. Mais le cumul des 2 notes lui a fait gagner l’Eurovision 2019 sous le regard hagard du suédois John Lundvik, sans doute atterré de son faiblard 93 points quand il avait tant plu semble-t-il aux professionnels.

received_1241780755991287.jpeg

La France pointe à la 14ème place ex. aequo en points avec le duo dépressif voire suicidaire de la Slovénie en ayant obtenu que 38 points des TVspectateurs. Décevant et sûrement injuste.

En conclusion, une très belle soirée comme il était prévu vu le niveau d’ensemble de ce crû, avec de très belles prestations, de beaux artistes, de vraies révélations ( Duncan Laurence, Luca Hänni ), de belles scénographies, un beau décor global, des invités des Eurovision passées bienvenus, un entracte vraiment trop long et une invitée tout à fait prestigieuse mais sans doute en décalage avec le Concours.

Il ne reste plus qu’à patienter interminablement pour que les Eurofans du globe retrouvent la liesse occasionnée par cet événement annuel et incontournable de la scène musicale.

Vivement l’Eurovision 2020 dans l’autre pays du fromage.

Gilles Hébert.

4 / 4 …. FINALE …

→ 3ème Billet Eurovision – UNE FINALE EN FEU D’ARTIFICE

Capture

 © Texte & Présentation :  SELECTION SORTIES  GH / FR 2017 –  2019 

 

1 réflexion au sujet de “EUROVISION 2019 FINALE”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s