# Cd, # Clip, # Communication, # Musique

Pierre Daven-Kaller, le clip de Sirocco

Kino Music, le nouvel album de Pierre Daven-Keller, se déguste avec un nouvel extrait : Sirocco.

Comme une compilation des plus belles BO composées entre 67 et 72, sur les deux rives de la Manche, Kino Music est un concept album quasi instrumental, composé, arrangé et produit par Pierre Daven-Keller.

Sur cet album évoquant Ennio Morricone et Jean-Claude Vannier, Pierre Daven-Keller nous entraine dans une rêverie instrumentale. La richesse de ses influences comme de ses arrangements se confirme avec le bien nommé Kino Music, qui se voit autant qu’il s’écoute. « Je voulais que chacun des titres de Kino Music semble venir d’un film différent, film qui n’existe pas encore pour l’instant… « 

Passionné par les arrangements luxuriants, Pierre Daven-Keller a collaboré de près avec des artistes comme Philippe Katerine, Dominique A, Miossec et Francoiz Breut. Avec Kino Music, il nous offre un album de rêve, véritable ovni parmi les productions actuelles, un album appelé à devenir culte et à traverser le temps. On découvre aujourd’hui Sirocco et son clip réalisé par Philippe Lebruman qui nous entraine avec son sifflement mélancolique.

Pierre Daven-Keller – Sirocco

Après ses trois albums dans lesquels Pierre Daven-Keller explorait tantôt les voies d’une certaine chanson pop, tantôt les mystères du quatuor à cordes, voici venir Kino Music, un nouveau projet instrumental qui, comme son titre l’indique, se tourne délibérément vers les couleurs du cinéma et plus précisément vers des cieux italiens. Pierre Daven-Keller n’en fait pas mystère : le modèle ou plus exactement l’horizon de cet album, c’est Ennio Morricone versant pop et hédoniste, avec une touche de bossa nova et, par extension, un certain type de son de studio auquel on pourrait aussi rattacher un autre grand compositeur de la même génération, Burt Bacharach.

Mais il ne s’agit pas ici de copier la musique de Morricone, mais plutôt de lui donner des prolongements ou encore de retrouver un état d’esprit qui mélange une certaine idée de la légèreté avec une touche de mélancolie. Il faut préciser que, comme le duo Air ou encore le solitaire Forever Pavot, c’est par le cinéma des années 60-70 que Pierre Daven-Keller a été initié à la musique, comme si Morricone mais aussi les bandes originales de François De Roubaix, Michel Magne ou Eric Demarsan avaient coulé dans ses veines.

Rêverie pourrait bien être d’ailleurs le maître-mot de cet album concept. Une rêverie solaire inspirée par la lumière de Marseille, la ville où Pierre Daven-Keller a conçu la quasi-totalité de ce disque. Une rêverie sensuelle incarnée tout particulièrement par les voix de femmes qui traversent Kino Music. 

unnamed.jpg

Pierre Daven-Keller
Nouvel album Kino Music
Disponible chez Kwaidan Records

La voix d’Heléna Noguerra qui se déploie jusqu’aux limites d’un érotisme torride dans La Fiancée de l’Atome, un des sommets de l’album, également dans le très plaisant Tatoo Totem. Mais aussi celle d’Arielle Dombasle qui, l’espace d’un titre, Salvaje Corazon, vient latiniser l’ambiance pop qui règne dans ce disque de pur plaisir ou encore celle de Mareva Galanter ré-interprétant ce même titre mais dans une version chantée en italien, rebaptisée pour l’occasion Cuore Selvaggio

Justement, le vif plaisir qu’on éprouve à l’écoute de ce Kino Music tient aussi à cette science du son, de l’orchestration, du mixage propre à Pierre Daven-Keller. Les textures sonores traversées ici par un clavecin, là par un orgue farfisa (comme l’indique justement le titre Farfisa), ailleurs un vibraphone ou un clavecin (comme dans les très réussis Corniche Kennedy, Sirocco ou encore Easy Tempo) font toute la beauté de cet album habité par un sentiment d’enfance, de paradis perdu et soudain retrouvé.

Des arrangements qui font le maximum avec le minimum, c’est-à-dire qui échappent à toute surcharge, et qui permettent à Pierre Daven-Keller de rejoindre le pays imaginaire de son enfance et de nous y embarquer avec lui. Pierre Daven-Keller est parvenu, avec Kino Music, à donner forme à un fantasme ou à une fantaisie, comme un champ magnétique (pour reprendre le titre programmatique du morceau qui ouvre l’album), comme la promesse d’un bonheur infini.

On le suit Pierre Daven-Keller ? 

INSTAGRAM FACEBOOK

Capture

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s